Avertir le modérateur

  • Justice, vous avez dit justice ?

    Lettre à Frédéric Mitterand
    Monsieur le Ministre,
    Par la présente, je tiens à porter à votre connaissance une affaire de justice liée à la liberté d’expression et qui va mettre ma société en faillite.
    Je suis le fondateur des éditions du Léopard Masqué, le seul éditeur français qui prescrit le roman humoristique. Depuis 2004, je publie un certain nombre d’auteurs qui se veulent les fils spirituels de René Fallet, Pierre Dac, Jules Renard ou autre Frédéric Dard. 
    Tous les genres littéraires sont revisités à l’aune de l’humour : le thriller délirant, le roman historico-déconnant, la satire sociale ou politique, le pamphlet, la parodie, le pastiche…
    Fort de ce positionnement, j’ai lancé une nouvelle collection en novembre 2008 : les aventures de Saint-Tin et son ami Lou, une série de romans parodiques retraçant les aventures du fils putatif de Tintin. 

    Un concept novateur
    Une série de romans revisitant parodiquement les aventures d’un jeune journaliste, Saint-Tin et de son ami Lou, un perroquet sentencieux. Le garçon est-il le fils caché d’un célèbre reporter ? Il le croit et cherche une trace de cette filiation à travers le globe, accompagné d’acolytes fantasques et amusants, tels que le capitaine Aiglefin, éclusier de son état (d’ébriété), Alba Flore, la plume d’Anvers, ou encore les agents Yin et Yang… 25 romans délirants !

    Historique
    ➢ Novembre 2008 : sortie de « Le crado pince fort » et « Le vol des 714 Porcineys ».
    ➢ Janvier 2009 : sortie de « L’oreille qui sait » et « La Lotus bleue ».
    ➢ Février 2009 : descente de police armée chez l’imprimeur de l’éditeur et chez son diffuseur (Volumen – Le Seuil Lamartinière). L’ensemble des livres est mis sous scellés, les fichiers informatiques saisis – Ni éditeur, ni auteur ne seront prévenus officiellement avant 15 jours. Les ayants droit d’Hergé (Moulinsart S.A.) demandent l’interdiction de la série et la destruction de tous les stocks.
    ➢ Avril 2009 : Procès - Attaque pour 1. Contrefaçon, 2. Plagiat, 3. Adaptation littéraire, 4. Parasitisme… Il s’agit de quatre romans parodiques, rappelons-le. Le juge demande 4 mois de délibéré pendant lesquels l’éditeur (Le Léopard Masqué) ne peut plus travailler.
    ➢ Juillet 2009 : Verdict : La contrefaçon, le plagiat et l’adaptation littéraire sont déboutés. Le tribunal garde la notion de parasitisme et me condamne à 72 000 euros de dommages et intérêts tout en autorisant la série à continuer commercialement (sic).
    ➢ Septembre 2009 : Les éditions Moulinsart menacent d’attaquer à chaque nouvelle parution.
    ➢ Octobre 2009 : Je fais appel sur toute la décision. 
    ➢ Novembre 2009 : Je publie « Les Poils mystérieux » et « L’ire noire » en autocensurant les couvertures. 
    ➢ 18 Février 2010 : sortie du 8e opus de la série : « L’affaire tourne au sale ». 

    Un combat pour le droit à la parodie
    Un droit fortement contesté par les héritiers et leurs avocats au point qu’ils m’envoient à présent les huissiers pour saisie de mes biens et bloquage de mes comptes. Je me vois donc contraint de déposer le bilan de ma société dans les semaines qui viennent.
    • PARODIE, PARASITISME, termes antinomiques !
    La parodie est un droit. La justice a reconnu la notion parodique pour la série des Saint-Tin. En outre, la parodie est par définition « parasitaire »… Comment dès lors me reconnaître comme parasite ?
    Il est bon de savoir que des créateurs, des écrivains, aujourd’hui en France, peuvent voir « débarquer » des gendarmes avec les armes au poing pour interdire leur travail.
    Je rappelle que seule une saisie-contrefaçon permet d’arrêter de manière aussi violente et radicale un créateur et l’empêcher de travailler pendant des mois… je souligne aussi que cette attaque a été déboutée et que je n’ai eu droit à aucun recours pour faire valoir de ma part des dommages et intérêts (attaqué pour une chose, condamné pour une autre).
    Si l’appel conforte la première instance, c’est la parodie qui sera désormais interdite en France.
    Monsieur le Ministre, je ne mets pas en cause la qualité de la justice mais force est de reconnaître que la lenteur de son administration favorise les mieux nantis. La société Moulinsart peut se permettre d’attendre des années le résultat de l’appel, ce n’est pas mon cas.
    En souhaitant que vous mesurerez l’importance de ce combat pour le droit d’expression, 
    Je vous prie de bien vouloir agréer, Monsieur le Ministre, l'expression de ma très haute considération.

    Gordon ZOLA
    Le Léopard Masqué

  • critique des lecteurs : le commentaire de Vanessa Mattin, auteuse.

    Pour info, Vanessa Mattin est une auteuse de talent, si proche de mon univers que je lui ai proposé de rédiger un roman à quatre mains. Voici son commentaire à propos des merles, qu'elle vient de lire.

     

    A y est ! Tout lu ! Mon dieu ce que tu peux être secoué mon pauvre Luc !!! Moi, l'hypertrichose en plus !!! Si on arrive à finaliser notre projet commun, la littérature contemporaine va prendre un nouveau tournant !!!

  • Durant tout le mois d'avril, je reverse mes droits d'auteur à Bob Garcia

    Pour ceux qui n'ont pas suivi l'affaire, je rappelle que Bob Garcia, génial auteur de polars et d'essais sur l'univers de Tintin, est scandaleusement condamné à verser 50 000 euros aux ignobles héritiers de Hergé (on se demande si... bref, je n'en dirai pas plus !).

    Alors j'ai décidé de reverser, durant tout le mois d'avril, l'intégralité de mes droits d'auteur.

    Pour rappel, je touche, sur les liaisons presque dangereuses:
    2 euros pour un achat sur Amazon
    4 euros pour un achat direct entre le lecteur et moi.

    Pour "C'est au pied du mur qu'on mange des merles":
    1,60 pour un achat chez mon éditrice
    4 euros pour un achat direct chez Lucius...

    Si vous voulez acheter un livre et participer ainsi au soutien de Bob, deux solutions:
    soit vous avez confiance en moi et vous me payez l'intégralité du coût du livre, et de mon côté, je reverserai la part prévue à Bob.
    Soit vous déduisez les droits d'auteur et vous envoyez à Bob le restant.
    Je vous rappellerai les modalités au coup par coup, à votre demande.


    Merci pour Bob. Pour l'instant, 6064 euros ont été versés par ses amis. Continuons à le soutenir.

    Luc Doyelle

  • appel au soutien de Bob Garcia, victime d'une parodie de justice.

    Apportez votre soutien à Bob Garcia; passionné par l'oeuvre de Hergé et tintinophile depuis son enfance il est attaqué en justice par Moulinsart pour avoir "commis" de nombreux ouvrages en hommage à tintin et son maître, il suffit d'ouvrir ses livres ( tous éditeurs confondus) pour voir qu'il ne s'agit en aucun cas de "contrefaçons". Au terme d’un procès scandaleux et grotesque, Moulinsart et Rodwell sont parvenus à condamner l’écrivain et tintinophile Bob Garcia à payer la somme délirante de 50.000 euros. Son tort : avoir écrit 5 petites études sur Hergé tirées à quelques centaines d’exemplaires par une association tintinophile sans but lucratif. Personne n’a gagné d’argent dans cette entreprise, ni fait le moindre tort moral ou financier aux « ayant-droit » de Hergé.
    Toutes les tentatives de négociation et de discussion ont échoué, y compris la demande de paiement par étalement. Les pétitions, lettres ouvertes à Moulinsart et à de multiples responsables politiques, articles et communiqués de presse, etc., ont été traités avec mépris et indifférence par Moulinsart et de Rodwell. Il était clair qu’ils voulaient « la peau de Bob Garcia » (intention annoncée par eux-mêmes depuis le début) afin d’en faire un exemple et de dissuader d’autres auteurs d’évoquer le nom de Tintin au travers d’études, de parodies ou de tout moyen jusqu’alors légal. 
    Aujourd’hui Moulinsart et Rodwell mettent deux hypothèques sur la maison de Bob Garcia. Demain, ils peuvent ordonner la vente forcée et le jeter à la rue pour exercer leur racket.

     

    http://www.facebook.com/group.php?v=info&ref=nf&gid=91196878131

  • qui veut la peau de Nestor Boyaux, prochain roman de Luc doyelle

    Après l'accueil enthousiaste réservé à mes deux premiers romans :

    Les liaisons presque dangereuses

    C'est au pied du mur qu'on mange des merles

    Le petit dernier pointe le bout de son nez... pour une publication prévue à partir de septembre prochain. Le titre est provisoire, mais une chose est sûre : Il s'agira d'enquêter sur la disparition de Nestor Boyaux. Et oui, ce sera un polar, mais ne craignez rien : L'humour que vous avez adoré dans les deux premiers romans sera au rendez-vous.terminestor.jpg

  • critique des lecteurs : le commentaire de Danielle

    Merci à Danielle pour cette critique très originale, à propos de mon deuxième roman : C'est au pied du mur qu'on mange des merles !

     

     

    Elleharaant(1), un humour décoiffant (bon, j’suis coiffée comme l’as de carreau(2), mais le roman a réussi à m’ébouriffer encore plus, sans doute à cause de mes crises de fou-rire !), désopilant, nectarbilatoire(3) !
    Je ne vais pas vous faire un résumé pour ne pas gâcher votre plaisir de lecteur, qui contrairement au plaisir d’amour qui ne dure qu’un instant, dure, lui, ici, de la première à la dernière page.
    Bref, un ouvrage qui devrait être emboursé par la séfesse(4). Il vaut tous les antidépresseurs du monde.
    Vous comprendrez que je l’ai senioré(5) et que je prie humblement l’hauteur(6)de me pardonner d’avoir plagié certains de ses tics d’écriture. S’il s’était agi de tiques, je me serais abstenue. Juste un petit truc: j'ai des crampes d'estomac quand je dois ouvrir mon placard! 

    1)Elle plutôt que IL, le mois de mars étant celui de la femme
    2)Y an a marre de l’as de pique !
    3) C’est plus joli que jus !
    4) sécu… restons polis !
    5)à mon âge, ado-ré, j’ai pas osé !
    6) grimpé au haut du mur pour digérer ses merles

  • interview sur audiolibris

    Encore une interview, cette fois sur une webradio : audiolibris, radio littéraire. Merci à Kathy, journaliste littéraire, pour cette rencontre.


    Source: Audiolibris – webradio littéraire

  • Maman Chérie, d'Anne-Laure Buffet. Éditions Le Manuscrit, février 2010.

    La petite Emma passe toutes ses vacances d'été chez ses grand-parents. Sa mère lui manque, elle lui écrit de nombreuses lettres. 
    Année après année, elle sera en quête d'un amour maternel qui jamais ne viendra. Année après année, elle s'accrochera à son innocence de petite fille. Avec des mots simples qui permettent de lire entre les lignes, Anne-Laure dresse un portrait tout en finesse de cette mère dont on ne lira pas les réponses. On la devine à travers le regard naïf d'Emma, pour qui la bonté d'une mère est un postulat, un dogme inébranlable.

    Anne-Laure réussit ici une prouesse : montrer la monstruosité d'un être à travers les mots d'amour d'une petite fille. Sans pathos, sans coups de théâtre, avec une infinie délicatesse, en distillant une émotion à chaque ligne.
    Vous l'aurez compris, j'ai adoré ce roman épistolaire. J'avais déjà fortement apprécié les nouvelles d'Anne-Laure, parues dans quelques ouvrages collectifs, et le roman lui permet ici de donner la pleine mesure de sa si belle écriture.

    Merci, Anne-Laure.

     

    http://www.drole-dendroit.com/

  • c'est au pied du mur qu'on mange des merles : article paru sur le blog de Fanyoun.

    Merci à Fanyoun (les critique élogieuses pleuvent chaque jour !)

    http://fanyoun.over-blog.net/

     

    "L'effet papillon... décembre 2004, l'Indonésie est balayée par un tsunami d'une puissance phénoménale.
    Six mois plus tard, Luc Doyelle observe, dans son jardin, le battement d'ailes d'un papillon. C'est la révélation.
    Dans ce nouveau roman, nous verrons comment Lucius, d'un placard à un autre, va bouleverser des pans entiers de son univers, au point de mettre en péril l'existence même de l'Amie.
    Chacun de ses choix sera lourd de conséquences.
    Après l'accueil chaleureux réservé aux "Liaisons presque dangereuses", Luc Doyelle met en scène à nouveau ses personnages fétiches dans un scénario endiablé qui fait la part belle à l'humour.

    Laura Mare Editions, 2010
    ISBN : 978-2-918047-10-0

    170 Pages - 16 Euros


    Mon avis :

    C'est au pied du mur qu'on mange les merles est le roman de Luc. Sa première oeuvre :
    Les liaisons presquesdangereuses m'avait enthousiasmée et ma chronique le démontre de manière incontestable.

    Ce nouvel écrit est à l'image du premier sur lequel je n'avais pas, je pense, suffisamment mis l'accent sur l'humour présent à chaque page.

    Dans Les Merles comme j'appelle ce roman affectueusement, on y retrouve les mêmes personnages, les mêmes héros mais quelques années plus tard. Lucius s'active à faire la promo de son premier roman et à la manière de Retour dans le futur, on assiste à des va et vient dans la passé, le futur. Le Lucius d'aujourd'hui croise son autre (son lui ?) quinze plus tôt, le croise et le recroise à divers moments de sa vie au cours d'une visite des plus banale dans un placard dans le but, que nous faisons tous deux par an, de d'intervertir les habits d'été et d'hiver.

    L'humour y est fortement présent. J'ai terminé ce second roman pendant mes vacances en Ardèche, surtout le soir sous la couette au sens propre du terme car je partageais ma chambre avec deux de mes enfants et ne voulais les incommoder par la lumière. Je n'ai pu cependant réprimé quelques éclats de rire, quelquefois étouffés, d'autres incontrôlables (pardon ma Puce de t'avoir réveillée parfois).

    L'humour y est fort, présent tout au long du roman. On rit mais je ne parle pas d'une ébauche de sourire, je parle d'un rire franc, fort et impossible à contrôler.

    Concernant l'écriture, la travail suit son oeuvre et Luc est incontestablement un travailleur acharné. Ses textes s'en ressentent, j'y ai perçu plus de maturité, plus de maîtrise et Luc est Luc et il laisse son empreinte, son style, son "moi" avec sensibilité et son coeur.

    Alors Luc, nous nous commençons à bien connaître maintenant et je ne vais te lancer des fleurs gratuitement, non, non, non !!! J'ai beaucoup aimé Les Merles mais il m'a manqué un petit quelque chose, un je ne sais quoi. Les allers-retours dans les différentes périodes de ta vie ne m'ont absolument pas déroutée, au contraire, j'ai trouvé l'idée très originale. Peut-être est-ce du alors au fait qu'il n'y avait plus l'effet découverte ? Je ne sais pas.

    Je vous conseille cependant avec ferveur et conviction la lecture de "C'est au pied du mur qu'on mange des merles" mais attention il y a un risque : celui de vous décrocher la mâchoire à force de rire.

    Quant à toi Luc, le gamin timide, ne t'arrête pas. Avec la sensiblité et la talent que tu possèdes, tu écriras un jour un très grand et véritable chef d'oeuvre et ce jour-là, je serai encore là pour le lire.
  • C'est au pied du mur qu'on mange des merles : article paru sur le blog d'Anne-Laure buffet.

    Merci à Anne-Laure pour cet article élogieux:

    http://www.drole-dendroit.com/

     

     

    C'est au pied du mur qu'on mange des merles, de Luc Doyelle (alias Lucius Von Lucius)


    Méfiez-vous de votre placard….

    J’avoue, c’est beaucoup moins joli, et sacrément moins drôle, comme titre de roman. Ce qui tombe bien, c’est que le titre n’a pas été écrit par moi, mais par Luc Doyelle, connu comme Lucius von Lucius.

    Et ce qui est certain, c’est que son livre de ne manque pas d’humour. 

    Voyages dans le temps au coeur d’un placard, flash back d’émotions, un passé qui agit sur le présent, sur le futur…Imagination talentueuse et burlesque, situations cocasses, si proches du réel qu’on ne sait plus où le réel se trouve, métaphores neologismes, vérités démasquées, n’empêchant pas certaines douleurs du présent, que Lucius cherche à vaincre, d’être toujours bien présentes. 

    Il raconte son monde, si personnel, si inventif, si convivial, avec une générosité, une tendresse, un amour sans faille pour sa famille, et un amusement infinis. Il nous y entraîne, et nous le suivons bien volontiers. Sourires, fou-rires, si on a la larme à l’œil parfois, il est difficile de dire si c’est d’émotion ou de joie. 

    Un livre à imposer en urgence comme traitement anti morosité. 

    Luc Doyelle, créateur de l’anti-dépresseur que les merles vous apportent.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu