Avertir le modérateur

petit texte de concours amical

voici un petit texte écrit en décembre dernier, toujours dans le cadre d'un concours entre amis.
la contrainte de départ était de commencer par cette phrase:
"Je hais les gens qui ont de l'esprit"

Je tiens à vous avertir: je n'ai aucune animosité envers les chercheurs de CNRS. Je les ai choisis par pur caprice. Et ne cherchez pas de propos racistes non plus, ma seule motivation était ici le calembour.
je vous souhaite bonne lecture.





Je hais les gens qui ont de l’esprit. Comprenez-moi, ces gens-là ne sont pas comme nous. Ils sont haïssables par essence, et pas seulement de térébenthine. Afin de bien vous faire comprendre le bien fondé (de pouvoir) de cette assertion, une petite leçon de choses s’impose. Prenez un individu spirituel. Blanc, de préférence, car le négro spirituel sera abordé dans une autre rubrique dédiée à l’univers musical nord-américain.

Maintenant, observez cet individu sous toutes les coutures. S’il en est dépourvu, jetez-le et choisissez-en un qui en possède au moins une demi-douzaine (pour toute commande importante, adressez-vous au Docteur Franckeinstein, 2 allée du cimetière, en évitant les nuits de pleine lune).

L’homme d’esprit, comme vous pouvez le constater, est facilement reconnaissable à sa calvitie naissante, deux doigts de part et d’autre de la fontanelle et un doigt sous les sutures pariéto-temporales (voir Larousse médical illustré, pages 234 et 235, schéma 2 et 3bis). Cela s’explique aisément par une activité cérébrale intense responsable d’une surchauffe de l’encéphale de deux tiers de degré celsius, laquelle surchauffe s’échappe par le pont cérébral, l’aqueduc de Sylvius, puis après un court passage à travers le corps calleux, vient percuter, via les deux pariétaux, la structure osseuse en trois points précis.

Voilà pourquoi je hais les gens d’esprit : ils ne sont ni plus ni moins que des chauves en puissance. Inutile de vous préciser en quoi les chauves sont haïssables. Ces êtres sans pudeur, arborant une boule lisse sans aucun complexe, n’ont même pas la décence de se couvrir d’un bérêt ou d’un haut-de-forme ! Cette peau tendue est un appel à la caresse crânienne, si ce n’est pire ! combien de fois ai-je vu, sur la voie publique, d’innocents petits enfants tendre la main vers ces globes impurs, dans l’espoir d’en expérimenter la texture ? Il m’arrive encore d’en faire des cauchemars, quand le trop plein d’indignation met le feu aux poudres du vase prêt à déborder.
Réfrénez vos haut-le-cœur, car le pire n’a pas été dit ! Non contents de se balader la boule à zéro, ces êtres abjects sont tous myopes et presbytes, à force de lectures, d’écritures en tous genres, de scribouillages, dirai-je ! Regardez attentivement, votre spécimen : Sans ses lunettes, ses yeux se réduisent à de misérables fentes, témoins d’une sournoiserie telle qu’on n’en avait pas vues depuis Tintin et le lotus bleu. Ces cloportes au petits yeux, fourbes et cruels, ne se masquent même pas le visage. Je demande aux autorités de rendre obligatoire le Chadri pour les intellos ! À ce sujet, je vous invite à signer la pétition qui circule en ce moment dans les rangs de l’assemblée. Je vous remercie au passage.

Continuons l’inspection de notre cobaye. Le nez proéminent s’explique par la présence de lunettes, bien évidemment, et les oreilles décollées également. La bouche fine est caractéristique d’une prédisposition à la conférence. En effet, des lèvres épaisses seraient, pour un orateur, source d’inertie et de dépense énergétique superflue. D’ailleurs, on n’embrasse pas un intellectuel. Outre qu’il est naturellement repoussant, son absence de lèvres est une invitation à la chasteté. Alors, me direz-vous, comment se reproduisent-ils ? Ce mystère a longtemps été l’écueil sur lequel les scientifiques du monde entier se sont cassés, tour à tout, les dents, les reins, les c… et les oreilles. Aujourd’hui, je peux vous le révéler. De retour d’une mission de vingt longues années au sein d’une tribu de gens d’esprit au CNRS, je vais vous dévoiler ce qui tourmente les hommes de bien depuis tant et tant de générations. Ne paniquez pas, respirez lentement, tout va bien se passer.

En fait, la solution était d’une telle simplicité que personne n’y avait songé avant moi. Les gens d’esprit se reproduisent entre eux !

Euh… La dame au troisième rang vient de faire un malaise. Quelqu’un peut-il appeler le SAMU ? Merci.
Mais, me direz-vous, comment ces êtres ignobles peuvent-il consommer l’acte de chair ensemble ? tout simplement parce que, dépourvus de la moindre sensibilité, du moindre goût, ils n’ont tout simplement pas cette aversion, qui pourrait sembler aller de soi, pour les individus de leur espèce. Cela soulève cependant une autre question de taille. Comment ces sous-produits de l’humanité peuvent-ils être féconds ? C’est précisément la raison de ma présence parmi vous, ce soir. Mon prochain projet d’étude portera justement sur les caractéristiques du spermatozoïdus spirituali sapiens sapiens. Je devrai, pour m’acquiter de ma mission, effectuer de nombreux prélèvements, en zone sensible. Un petit panier circule actuellement entre les rangs. Votre générosité me permettra de financer le projet, sachant que je risquerai ma vie au quotidien. C’est à ce prix que nous ferons avancer la recherche.

Avant de vous quitter, je voudrais vous annoncer une grande nouvelle. Dès l’année prochaine, sera organisé un spirithon, afin de recueillir, à l’échelle nationale, des fonds pour lutter contre les gens d’esprit. Mesdames et messieurs, donnez !
Je vous remercie.

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu